Objectif Santé Forme

Le blog bien-être de Julie-Catherine Gagnon

Tout a commencé lorsqu’un nouveau restaurant flexitarien, le Santa Barbara, a ouvert ses portes à deux pas de chez moi dans mon ancien quartier de Montréal. C’est par le biais d’un article de journal dans lequel on y présentait le restaurant et son concept que j’ai appris que j’étais flexitarienne. Le principe est simple : manger de tout, mais réduire sa consommation de viande et choisir ses aliments, particulièrement ses viandes, de façon responsable. Du végétarisme à temps partiel ; cela séduit à la fois mon côté épicurien, ma conscience écologique et mon goût pour une alimentation saine !

Ma philosophie de la table

Comme dans de nombreuses familles québécoises, j’ai grandi dans un milieu où la viande était présente à chaque repas ou presque. Au cours des dernières années, c’est de manière progressive que j’ai développée une nouvelle façon de consommer mes aliments. Mon alimentation évolue au même rythme que mes connaissances et j’adopte des habitudes alimentaires qui vont de pair avec mes croyances et mes envies. Je m’aperçois que ce que je mange influence ma qualité de vie, mon état d’esprit et mon apparence. Comme je crois profondément à l’adage selon lequel « nous sommes ce que nous mangeons » et puisque j’ai envie de rayonner, de déborder d’énergie et de me sentir bien dans mon corps et dans ma tête, je privilégie une alimentation qui me permet de ressentir ces bienfaits. Pour moi, prendre le temps de savourer les repas et d’apprécier les bons aliments qui les composent m’apporte beaucoup de plaisir !

Dans mon assiette

Plus il y a de fruits et de légumes, plus je suis heureuse ! Je mange donc des fruits et des légumes en abondance. Je consomme occasionnellement de la viande et quand je le fais, j’essaie d’opter pour des viandes de bonnes provenances et de bonne qualité. J’opte plus volontiers pour un poisson, des fruits de mers ou de la viande blanche. Les noix, les graines, les légumineuses, le tofu, les œufs et les fromages me paraissent souvent constituer un choix plus savoureux qu’une pièce de viande rouge (mais je ne dis pas forcément non, surtout au restaurant !). Et côté budget, le tout s’équilibre assez bien ; les alternatives à la viande sont souvent moins dispendieuses et lorsque j’opte pour une viande, j’en choisi une de qualité (soit sauvage, bio, d’élevage respectueux, etc.). Puisque cela reste occasionnel, cela ne se fait pas trop ressentir dans mon porte-monnaie.

Privilégier les produits locaux et naturels

Je trouve mes plats d’autant plus savoureux lorsque les aliments qui les composent sont le plus naturels possible, tant sur le plan de la production agricole que sur le plan de la transformation des aliments (moins de pesticides, d’antibiotiques, d’engrais chimiques, d’hormones de croissance, de sucre raffinés, etc.). Le concombre tordu au marché m’attire toujours plus que celui qui est parfaitement droit et qui est de longueur identique aux autres ! Je passe très rarement dans les allées des produits transformés et je vous avoue être assez joyeuse lorsqu’à mon retour chez moi, je remplis mes armoires de produits frais, naturels et tout simplement délicieux !

Je m’efforce également de consommer des produits locaux lorsque c’est possible. En plus d’encourager l’économie locale, on contribue ainsi à réduire les coûts énergétiques et la pollution engendrée par le transport des aliments (le « food mile »). Faire des choix plus écologiques et responsables me satisfait beaucoup.

Pourquoi consommer moins de viande ?

Pour moi, le déclic s’est fait en regardant plusieurs reportages et films qui portaient sur les rouages de l’industrie de la viande. Quand on sait que de nombreuses problématiques sociétales et environnementales (obésité, maladies, gaz à effet de serre, érosion des sols, élevage industriel, contamination des nappes phréatiques,  etc.) sont liées à une alimentation à prédominance carnivore, le choix de consommer moins de viande et de mieux la sélectionner est venue assez naturellement.

Le flexitarisme, ce n’est qu’un mot qui définit le mode de consommation que j’ai choisi et qui me permet de me sentir bien au quotidien. Etre étiquetée comme étant flexitarienne, cela m’importe peu ; ce qui compte vraiment pour moi, c’est de vivre quotidiennement en adéquation avec mes valeurs, mes croyances et mes envies, ce que le flexitarisme me permet de faire !

Photo: Valentin Bongard 

4 thoughts on “Je suis flexitarienne

  1. brigittelesigne dit :

    A reblogué ceci sur C'est à lire !.

    J'aime

  2. Chris dit :

    Salut,

    Je ne connaissais pas du tout le flexitarisme.

    Je partage tout à fait ton point de vue quand tu dis que « plus tu as de légumes dans ton assiette, le mieux tu te sens ». Cependant, j’ai un problème. Bien que j’adore les légumes, ils ne m’apportent pas de sensation de satiété, même si j’en mange beaucoup.

    J’aurais une question à te poser quant à ton choix de modérer ta consommation de viande. Tu dis que tu l’as fait à cause de l’impact environnemental et des risques pour la santé (qui ne sont pas prouvés dans le cas de viande biologique de pâturages).
    Mais te sens-tu moins en forme lorsque tu manges de la viande ? As-tu une réaction de ton corps ?

    Personnellement j’ai abandonné la plupart des glucides et le gluten car je me sens beaucoup mieux sans.

    Bonne journée.

    Chris

    J'aime

    1. Bonjour Chris,

      Merci beaucoup pour ton commentaire !

      En effet, lorsque je mange un plat rempli de légumes, je me sens beaucoup plus vivante et je suis généralement plus partante pour entreprendre des activités par la suite. Je me sens vraiment mieux dans ma peau ! Par contre, j’essai toujours de consommer des plats qui sont bien équilibrés (j’aime bien ajouter des noix, des produits laitiers, des légumineuses, etc.) afin de combler mes besoins et d’éviter d’avoir faim quelques heures après. Lorsque je consomme un plat qui contient de la viande, cela me fait aussi du bien puisque les protéines contenues dans un tel plat me sont bénéfiques et me soutiennent pour une longue période. Ceci étant dit, la plupart du temps, je me sens moins dynamique et moins bien dans ma peau après.

      J’espère que mon commentaire répond bien à tes questions, sinon n’hésites pas à me relancer !

      J'aime

      1. Chris dit :

        Oui tu as tout à fait répondu à ma question. Merci.

        Je suis d’accord avec toi quant au fait qu’après avoir mangé des légumes on se sent bien et léger… notre corps a été programmé pour en manger !

        Bonne journée.

        Chris

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :